Nouvelle : Pirates !

Publié le par space-brazouck

Pour célébrer l'ouverture de ce blog, voici une nouvelle que j'ai écrite pour un ami, décrivant une embuscade de pirates spatiaux sur un navire cargo.

 


« Cargo ZA0354, ici base Deep Space 19, vous êtes autorisés à vous désamarrer, bonne route »

 

« C’est pas trot tôt, maugréa le Capitaine Alysa Karinsky, Joe, coupez l’ombilical. »

 

« Oui Madame, acquiesça le pilote, ombilical coupé madame, je nous éloigne. »

 

Lentement, sous la poussée de ses fusées de manœuvre, le cargo moyen « Rêve de Richesse », immatriculé ZA0354, accéléra en s’éloignant de l’immense et disgracieuse station de commerce interplanétaire.

 

« Madame, dit Joe Dotris en se tournant vers le capitaine, nous sommes à distance suffisante pour activer la propulsion principale. »

 

« Bien Joe, répondit-elle en souriant, puis, se penchant vers l’intercom, passerelle à la salle des machines, Mark, machine avant toute ! »

 

Loin dans les entrailles du navire, le réacteur à fusion revint à la vie, et la plus grande partie de sa réaction nucléaire éjectée par les tubes des propulseurs, le cargo accéléra soudain à plus de 0.5G, s’éloignant très rapidement de son dock d’accostage.

 

« Très bien, lâcha Karinsky, l’air satisfaite, gardez l’accélération jusqu'à ce que nous ayons utilisé 20% de nos réserves d’hydrogène, dans combien de temps atteindront nous le point de saut ? »

 

« Quatre jours et douze heure madame, calcula Dotris en se laissant aller dans son fauteuil. »

 

Leur soute pleine de soie Kelidienne, le voyage jusqu'à Proxima serait pour la plupart d’entre eux une corvée, longue et ennuyeuse, en attendant de toucher le fruit de la vente de leur cargaison.

 

 

Vu de l’extérieur, le vaisseau pirate ne semblait pas bien redoutable. Sa coque ocre était constellée d’impacts, de quelques fissures et de traces de chocs. Il ne semblait pas pouvoir se mesurer à quiconque.

 

Et d’ailleurs, pensait le chef Kraxis, pirate renommée du secteur 10B et capitaine du « Robinson », son vaisseau n’avait pas pour vocation d’aller au combat.

 

Il regardait le point lumineux sur l’écran radar se rapprocher de sa position, le cargo bien gras, insouciant, avançait vers l’embuscade et Kraxis sourit. Le malheureux ne pouvait pas le détecter, caché derrière cet astéroïde solitaire, croisant  avantageusement entre la station DS19 et le point de saut le plus proche du système.

 

Lui-même était aveugle derrière cet amas de roche, mais pas la minuscule sonde furtive qui scrutait le secteur et qui lui retransmettait toutes les informations par un faisceau laser étroit.

 

Un jouet fort cher, presque trois millions de crédits, mais qui lui en avait déjà rapporté deux fois plus en proies imprudentes au fils de ses vingt cinq années de piraterie.

 

« Ca y est, murmura t il pour lui-même, ils sont au point de non retour. »

 

En effet, le cargo inconscient du danger, était trop proche pour fuir si les pirates se révélaient à présent.

 

« A tous les appareils, hurla t il dans le communicateur, lancement, et n’oubliez pas, je le veux intact. »

 

Huit chasseurs lourds, des modèles Letta, très communs parmi les mercenaires et hors la loi, jaillirent des soutes du vaisseau pirate, deux par deux, et rapidement, accélérèrent vers le point où ils intercepteraient la course du cargo.

 

 

« Commandant, contact en approche ! »

 

Karinsky pâlit en voyant le point lumineux apparaître à moins de deux cent mille kilomètres. Pour apparaître si soudainement et si proche, ce ne pouvait être qu’une embuscade.

 

« Préparez le canon laser, vite. »

 

Dan Itad, le canonnier, sortit de la cantine au pas de course, finissant de verrouiller son casque anti-vide pour se précipiter sur la console de tir.

 

« Rectification commandant, il s’agit de huit contacts en formation serrée, je pense à des chasseurs de plus de vingt tonnes. »

 

« Merde ! » Lâcha Karinsky, face à un vaisseau pirate, ils auraient eu une chance de le tenir à distance, mais là …

« Dan, ne tirez que lorsque vous serez sûr d’en abattre un, ne les laissons pas deviner que nous sommes armés pour l’instant. »

 

Les huit chasseurs quittèrent leur formation et commencèrent à décélérer lorsqu’ils arrivèrent à moins de dix mille kilomètres, puis se mirent en V, de façon à concentrer un maximum leur feu.

 

« Huit mille kilomètres, sept mille cinq cent, sept mille … »

Joe Dotris égrenait lentement la distance séparant leur vaisseau des agresseurs, la tension était palpable sur la passerelle.

 

« Trois mille … »

 

Un rayon blanc intense jaillit de l’unique canon laser, sur la tourelle dorsale du « Rêve de Richesse », frappant de plein fouet le chasseur de tête, qui disparut dans une boule de plasma aveuglante. Les autres chasseurs se dispersèrent immédiatement dans toutes les directions pour échapper aux tirs, sans avoir eu le temps de faire feu à leur tour.

 

« Excellent Dan, vous nous avez fait gagner plusieurs minutes le congratula Alysa Karinsky. »

 

Sans répondre, Dan Itad surveillait du coin de l’œil la jauge de recharge de son arme, en examinant les vecteurs des chasseurs, dix ans de service dans la marine confédérée avaient fait de lui un canonnier hors pair, que Karinsky fût soulagée d’avoir engagé.

 

 

Après quelques minutes de manœuvres alambiquées, les sept chasseurs survivants se mirent à nouveau en position d’attaque, cette fois ci, chacun venait d’une direction différente, leur tir serait moins efficace, mais ils ne seraient pas tous en danger d’être abattus.

 

Dan Itad, régla son canon à un tiers de puissance et commença à ajuster le chasseur le plus proche, alors que Joe Dotris recommençait à égrener la portée.

 

« Trois mille cinq cent kilomètres … trois mille … »

 

Un nouveau rayon lumineux frappa l’un des chasseurs, détruisant son armement, et grillant la moitié de ses autres systèmes, le laissant tournoyer à la dérive, son pilote tué par la décharge énergétique.

 

Faisant rapidement pivoter le canon, Dan Itad verrouilla un autre chasseur et appuya sur la détente, le rayon fût cette fois ci moins efficace tout d’abord car moins bien ajusté, et un tir au tiers de puissance avait nettement moins de chance de détruire sa cible.

 

Le rayon vaporisa tout de même le canon à ions de l’assaillant, qui retourna son engin pour freiner au maximum et s’éloigner rapidement du cargo, pas si vulnérable que ça.

 

Cependant, les autres chasseurs étaient maintenant à portée, et déchargèrent leurs canons à ions sur leur proie. Les rayons vinrent frapper le cargo de toutes parts, à bord duquel les lumières s’éteignirent, l’angoissante lumière rouge de l’éclairage d’urgence prenant le relais, et plusieurs circuits sautèrent, inondant la passerelle de gerbes d’étincelles.

 

« Putain ! » Joe Dotris hurla en se jetant en arrière. Ses mains, brulées par une décharge d’énergie provenant de ses commandes de pilotages tout juste entrées en surchauffe sous la salve ennemie.

 

Un des pirates, perdant son sang froid, ouvrit le feu avec son canon laser, à moins de cinquante kilomètres de la cible. A si courte portée, le rayon fût dévastateur, et perça toutes les épaisseurs de métal pour passer au travers du navire dans son ensemble.

 

Sur la passerelle de commandement, le chaos se déchaina, le rayon était passé pile sur le pont de commandement, heureusement personne n’avait été touché, mais l’air s’engouffra vers le vide de l’espace, entrainant tous les objets non amarrés, tasses, blocs notes, restes de repas, et membres d’équipage.  Karinsky et Itad étaient sanglés et leur casque verrouillé, mais Joe Dotris, sans expérience du combat spatial, n’avait pas pris ces précautions, son casque fut aspiré par le trou de la taille d’un ballon de Space Ball, et lui-même fût attiré jusqu'à la brèche.

Malheureusement pour lui, cette brèche était trop petite pour qu’il soit aspiré comme son casque, et il passa plusieurs interminables et effroyables secondes collés au trou donnant sur le vide, son corps déchiqueté petit a petit, hurlant de terreur et de douleur dans le bruit de l’air en train d’être éjecté, sous le regard médusé et terrifié du Capitaine Karinsky. Le sang jaillissait en bulles en apesanteur, son hurlement finit par devenir inaudible, presque toute l’atmosphère ayant quitté le pont, puis d’un coup, la miséricorde mit fin à ses souffrances, et son corps démembré fut éjecté dans l’espace.

 

Choquée, Alysa Karinsky resta, ses mains gantées crispées à son fauteuil de commandement, le regard fixé là ou le jeune homme de dix neuf ans venait de disparaitre dans une atroce douleur.

 

« Madame, lui demanda Dan Itad par le communicateur de sa combinaison, vos ordres. »

 

Karinsky se secoua, puis dit :

 

« Salle des machines, quels sont les dégâts. »

 

« Ca va mal madame, Mark Zweï, le chef ingénieur fit la moue, le capaciteur du laser est HS, vous n’aurez plus d’énergie pour tirer, on a perdu l’éclairage et le chauffage de bord, mais on survivra au moins une heure avant que la température ne nous tue, le réacteur à fusion est touché, je vais devoir l’éjecter avant qu’il ne nous explose à la figure, mais on a suffisamment d’énergie en batterie pour faire demi-tour et revenir à la station. Ah, et nous avons perdu quarante pour cent de notre atmosphère. Vu que la plupart de leurs armes étaient ioniques, les dégâts sont pour la plupart réparables, à part le réacteur. »

 

Karinsky jura, les chasseurs pirates avaient déjà pivoté sur eux même et accéléraient pour un autre passage, celui là serait le bon. De plus, sans capaciteur, ils ne pouvaient plus faire tirer leur unique arme, de toute façon, ils allaient devoir éjecter le réacteur à fusion, et donc être privés d’énergie, mis a part le minimum vital.

 

« Madame, lui dit Dan Itad, j’ai pris soins de régler le canon sur un tiers lors du dernier passage, il me reste donc un tir avant que nous ne soyons à court d’énergie. »

 

Karinsky ferma les yeux, l’équation était simple, cinq assaillants, un seul tir.

 

 

« Putain de bordel de merde ! »

 

Le chef Kraxis écumait de rage.

 

Trois chasseurs, ce foutu cargo lui avait fait perdre ou endommagé trois de ses chasseurs.

 

Ce misérable fou de la gâchette du chasseur numéro 3 avait en plus tiré au laser, endommageant leur proie et réduisant au moins sa valeur de moitié, il allait montrer à cet incapable ce qui arrivait à ceux qui désobéissaient, bon sang !

 

Furieux, il se força pourtant à se calmer, réfléchir, réfléchir, il ne pouvait pas savoir si leur cible avait encore l’usage de ses armes, attaquer de toutes les directions à nouveau était trop risqué, l’impact des armes a ions était plus efficace lors d’un tir concentré.

 

Il commença rapidement à donner des ordres pour une attaque en formation, il fallait en finir pour de bon.

 

 

« Ils reviennent, en formation serrée cette fois. »

 

A nouveau, Karinsky jura, une salve de cinq canons a ions sur une seule face de son navire les achèverait, tous les circuits allaient griller et il faudrait des jours pour réparer, et il ne leur restait qu’un tir, et en plus le générateur à fusion allait bientôt les lâcher, il faudrait l’éjecter au plus vite…

 

 

Zyan Kalis, était fier d’être un pirate, et encore plus d’être un pilote de chasse, son appareil l’avait accompagné dans de nombreux combats, mais là, il en avait assez, cet insolent capitaine de cargo venait de faire abattre deux de ses amis, ses compagnons.

 

Se retrouvant par la force des choses chef d’escadrille, il rassembla ses coéquipiers en V derrière lui.

 

« Bon, les gars, cette fois ci pas de conneries, Xal, tu laisse la sécurité sur ton laser ou alors c’est moi qui te descends. On attend d’être à moins de cinq cent kilomètres et on tire tous ensemble, puis on met les gaz pour le dépasser le plus vite possible ok ? »

 

Un concerto de voix lui répondit par l’affirmative.

 

« Ok, on y va. »

 

Les cinq chasseurs survivants foncèrent à pleine vitesse sur leur proie, celle-ci ne réagit pas quand ils franchirent la barrière des trois mille kilomètres, portée efficace des lasers de classe civile qu’apparemment le cargo utilisait.

 

Soudain, le cargo pivota sur lui-même leur présentant son ventre, point le plus vulnérable.

 

« Mais qu’est ce qu’il f… »

 

Zyan ne put finir sa phrase, son radar lui indiqua qu’un objet leur fonçait dessus, sans doute un missile !

 

Dans un cri, Zyan fit faire une embardée à son chasseur et accéléra pour s’éloigner du projectile meurtrier, alors que derrière lui, le cargo pivotait à nouveau pour leur présenter son dos armé de son canon laser.

 

Bizarrement, le « missile » passa au milieu de la formation de chasseurs sans en attaquer un seul, ouvrant de grands yeux, Zyan compris que ce n’était pas un missile.

 

 

« Feu ! »

 

Dan enfonça la touche de tir, et fit mouche. Une fraction de seconde plus tard, le rayon d’un blanc pur frappa le réacteur à fusion qui dérivait au milieu de la formation de chasseurs, sa vitesse donnée par l’expulsion de l’atmosphère de la salle de confinement. Le réacteur déjà en surcharge explosa, libérant une explosion de plusieurs mégatonnes, enveloppant deux chasseurs pirates, qui furent totalement désintégrés du fait de leur proximité. Les trois derniers chasseurs, endommagés par le souffle, firent demi tour, pour revenir vers leur vaisseau porteur, et leur capitaine, ivre de rage.

 

Lentement, le « Rêve de Richesse » décéléra, puis fin de mi tour, vers son point de départ, la station DS19.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Calmes 18/07/2011 13:07


C'est vraiment pas mal... J'aime bien l'idée que des chasseurs puissent être dangereux pour une cible civile.